Commune de Le Tréhou

frendeites

Historique

La naissance de notre village se situe entre 1800 et 800 ans avant J-C.

La vie devait être riche en échanges car un grand dépôt de 900 haches armoricaines a été découvert à Guesman en 1958. On pense qu’elles servaient de monnaie.

Elles sont aujourd’hui exposées au Musée Départemental Breton à Quimper.

Les habitants n’étaient pas « d’irréductibles gaulois » car les Romains se sont visiblement bien installés chez nous. Il existe, en effet, toujours des traces de leur présence. On peut les découvrir entre Reunguen et Brec’hoat.

Mais nos valeureux ancêtres ont su tirer parti de cette occupation car les historiens les soupçonnent d’avoir habité certains camps fortifiés(Quillivinnec et Brec’hoat)jusqu’au Moyen Age.

Le nom de notre commune apparaît au XIV ème siècle. Le Tréhou est probablement issu du morcellement de la paroisse de Ploudiry. La légende veut que le village se situait dans un premier temps à Tréveur où se trouvait une église.

La culture du lin a été pendant longtemps la richesse du pays.

Ce sont les juloded, paysans-marchands, producteurs du lin, qui dirigeaient la commune.

L’histoire religieuse, économique et politique de notre pays a laissé ses traces dans la pierre et la terre.

sainte pitereL’église Sainte Pitère, construite au XVIIème siècle et modifiée le siècle suivant, mérite le détour pour son architecture chaleureuse, ses statues de 1527 (la plus ancienne),du XVI et XVIIème siècle.

L’enclos est desservi par deux entrées dont une date de 1755.

calvaire2 gdLe calvaire est presque aussi ancien que l’église et est classé.

Le manoir de Guernéles a été construit au XVIème siècle. Il s’agissait du bâtiment principal d’une exploitation agricole.

manoir de guerneles

 

augeLes auges (de 1623) étaient destinées au trempage et au lavage du lin.

Datant de 1620, la maison à tourelle, au bourg, était un presbytère et a servi d’habitation à des Anglais qui faisaient le commerce du lin.

 

Cette maison date du XVIIème siècle. Propriété de juloded, elle témoigne de leur richesse par son avancée (apoteis).

maison

kroaz bizerBeaucoup de Bretons ne sont pas revenus de la « Grande Guerre ».

En leur mémoire, le calvaire de Ty Ruz, du XVIIème siècle, a été transporté dans les Ardennes belges. Il fut remplacé par une croix celtique, la Kroaz Bizer en 1932. (photo)

Evénements, animations

A l'affiche